jeudi 30 juin 2016

Un Pèlerinage selon les sic

En sciences de l'information et de la communication on parle de ponctuation pour marquer une pause, un temps, un silence. L'exemple le plus facile est celui du film qui pour qu'il soit compréhensible nécessite un arrêt sur chaque image pour que le défilement soit cohérent. La vérité se dévoile lentement, il faut donner la mesure nécessaire au temps psychologique bien décalé, souvent, du temps réel. Qu'il en soit ainsi. La carte n'est pas le territoire et notre unicité se noie dans une diversité malmenée par l'égalité des sexes, le fameux "genre", la conversion de l'humain au statut de client, au supporter idiot de foot. Il faut des masses de cons-sommateurs, les plus semblables possibles. Au moyen âge on construisait des cathédrales, au XXIème on bave devant le ballon dans des stades transformés en gigantesques parcs à majorité d'imbéciles alcoolisés. Horreur. Les jeux du cirque se poursuivent et la ponctuation pour arriver au stade de foot si elle a été longue est néanmoins une réussite colossale de la médiocrité. Les cathédrales sont toujours là, non encore transformées en musée d'art contemporain ou en mosquées dans un occident déchristianisé ayant lui-même coupé ses racines. Une autre ponctuation germe doucement, celle de la sobriété calme, de l'esprit de Taizé, du petit pauvre d'Assise, spiritualités de vie connectées au réel, un instant confondue dans le new-age commercial dont ne reste que les débordements hystériques et pervers d'Halloween. Entre les cathédrales et les stades un vide immense. Un gouffre. D'un côté l'élévation de la personne de l'autre l'abrutissement des masses. D'un côté le lien avec la personne du Christ humble et crucifié, de l'autre la gloire pitoyable du milliardaire décérébré ne sachant que cogner dans la baballe. Combien d'arcanes et de labyrinthes avec la boussole de la foi pour passer des jeux du cirque ou de ceux du football à l'homme des cathédrales. Combien de ponctuations? Combien de pèlerinages intérieurs? Guides comme John Henry Newman et Frère Roger, où êtes vous en ce XXIème siècle? Où êtes-vous? Au secours! Venez nous donner la main, nous sommes des pèlerins et des pénitents perdus. Nous n'avons pas besoin de consommation mais de communion. Passer du statut de consommateur à celui de communiant, voilà la seule communication, voilà le seul pèlerinage. Faisons une pause, un premier pas...Coupons la télé, la radio, la presse basique. Respirons, marchons, vivons ensemble! Supprimons la communication pour laisser place à la communion. Soyons des Frères soleil, lune, et les étoiles...Discernons.

Philippe Sanguinetti, Valbonne, 30 juin 2016

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les nouveaux pèlerinages Johny vient de nous quitter et tous les ingrédients du pèlerinage était là: marche, compassion, vénération, émoti...