Accéder au contenu principal

Le pèlerin, un migrant volontaire?

Le pèlerin se rend vers un site spirituel dans le cadre d'un cheminement physique et intérieur spécifique, sur les "pas" d'un saint ou d'une sainte, dans une intention particulière. Le migrant fuit sous la contrainte. Le pèlerin éprouve le besoin d'une coupure féconde lui permettant de trouver plus de paix en lui même. Il peut s'agir d'un appel, d'un besoin mais nous sommes loin des dimensions contraignantes du migrant. Surtout celles que nous découvrons dans les actualités, catastrophiques. Le migrant s'inscrit peu dans une démarche spirituelle même si les destinations sont souvent ciblées sur des territoires aux communautarismes bien établis, spécialement musulmans. Les chrétiens d'Orient, grands oubliés de l'Europe pourtant établie sur des racines chrétiennes, et donc judéo-chrétiennes, fuient les persécutions. Le fond est-il vraiment religieux. On en doute fort. C'est plutôt, sous les couches religieuses de surface, l'odeur du pétrole qui pointe. Celle de l'argent roi. Bref, le fossé s'agrandit en de multiples craquelures entre le pèlerin et le migrant. Même si l'on peut considérer la migration comme une sorte de pèlerinage contraint vers des inconnus contrastés. Le pèlerin comme le migrant ne seraient-ils pas tous deux à la recherche de la lumière? L'expression bien connue "le soleil brille pour tous" est là pour nous le rappeler. L'un comme l'autre n'ont t' ils pas le besoin d'être accueillis? C'est une question dont la réponse est assez simple, la réponse est oui. Comme le labyrinthe de Chartres nous invite à la réflexion intérieure la situation du migrant comme le cheminement du pèlerin nous percutent. Il y a mouvement. Il y a issues et impasses. Issues pour le migrant qui va trouver un lieu de paix sur un territoire, issues pour le pèlerin qui va trouver un lieu de paix intérieure en son âme et conscience. Impasses pour le migrant qui coule en mer, pour le pèlerin qui tourne en rond et s'enfer-me sur lui même dans une fuite nombriliste. J'en viendrais pour conclure à cette célèbre petite histoire pêchée je ne sais plus ou (je ne trouve pas l'accent) ni quand de la grenouille tombée dans le bocal de lait et qui jusqu'à l'épuisement s'agite, touchée par le désespoir elle s'aperçoit soudain que sa volonté exprimée concrètement a permit la transformation du lait en beurre...et ce dernier, par sa dureté, lui offre la possibilité de s'en sortir. Pour le migrant comme le pèlerin l'heureuse issue passe par une concentration sur l'essentiel nécessitant une grande énergie, l'épilogue heureux ou non faisant appel à la grâce et non pas à un déterminisme stérile. Au dessus du labyrinthe, de Chartres ou d'ailleurs, c'est Dieu qui a le pendule, la boussole, le coeur parlant au coeur surtout.

Philippe Sanguinetti, Valbonne, le 6 octobre 2015
philippesanguinetti@hotmail.com

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Une anthropologie du Pèlerinage?

Une anthropologie du Pèlerinage?
Ce blog abordera selon une approche systémique l'anthropologie du pèlerinage par la présentation de différents articles. Les pèlerinages chrétiens (Compostelle) et spécialement franciscains (Routes d'Assise) seront privilégiés mais la diversité sera de rigueur (Chartres). Tous les aspects seront abordés: religieux, spirituels, de santé, techniques, politiques, juridiques... Les pèlerinages liés au territoire de la République Française, catholiques, seront, étant donné le contexte de ma position géographique sur la côte d'Azur et de mes connaissances, les plus abordés. Localement, sur le diocèse de Nice seront étudiés ceux de Laghet, de Notre Dame des Fenestre, la Route Royale Nice Turin (anciennement Route du Sel) qui est ponctuée de nombreux sites franciscains (Place Saint-François dans le Vieux-Nice, Monastère de Cimiez, Monastère de Saorge...).
Un sujet sur le pèlerinage touche à bien des points, à commencer déjà par les…

Catho de gauche? Catho de droite?

En France le catholicisme est victime de nombreuses attaques dans l'ensemble des médias. Pourtant il tient. L'exemple le plus flagrant de cette vie maintenue est sans doute la présence quotidienne de la Croix dans tous les points presse du territoire. Cela atténue un peu dans le contexte actuel le silence assourdissant sur les Chrétiens d'Orient massacrés. Ils ne sont pas totalement oubliés. Le mariage gay comme le nouveau regard gouvernemental sur les écoles hors contrats sont des sources de vives tensions. Pour ce qui est du mariage gay seuls les catholiques sont critiqués dans leur opposition alors que toutes les religions ont été clairement contre, et avec de très nombreuses nuances dans chacune. Mais il y a des réflex pavloviens et de faux clivages. Alors, en pensant par exemple aux pères fondateurs de l'Europe mais plus spécifiquement à notre petite France: catho de gauche ou catho de droite? Saint François d'Assise serait-il de gauche? Saint Esc…

Un Pèlerinage selon les sic

En sciences de l'information et de la communication on parle de ponctuation pour marquer une pause, un temps, un silence. L'exemple le plus facile est celui du film qui pour qu'il soit compréhensible nécessite un arrêt sur chaque image pour que le défilement soit cohérent. La vérité se dévoile lentement, il faut donner la mesure nécessaire au temps psychologique bien décalé, souvent, du temps réel. Qu'il en soit ainsi. La carte n'est pas le territoire et notre unicité se noie dans une diversité malmenée par l'égalité des sexes, le fameux "genre", la conversion de l'humain au statut de client, au supporter idiot de foot. Il faut des masses de cons-sommateurs, les plus semblables possibles. Au moyen âge on construisait des cathédrales, au XXIème on bave devant le ballon dans des stades transformés en gigantesques parcs à majorité d'imbéciles alcoolisés. Horreur. Les jeux du cirque se poursuivent et la ponctuation pour arriver au stade de foot si…